GOLF ET TECHNOLOGIE

Google a entrepris un vaste programme d’assistance à la Fédération Internationale de Golf. En effet, l’un des soucis majeurs de cette dernière est la lutte contre le jeu lent.

C’est là que les ingénieurs de Google interviennent.

Les voiturettes et les scooters vont progressivement se généraliser sur les parcours dans le monde, la France ne sera pas épargnée… A noter que ce développement nécessitera un plan de compensation carbone, via la plantation d’arbres. Le paradoxe soulevé par les opposants à ce projet est que ces plantations ne seront pas réalisées sur les parcours, puisque les arbres sont plutôt à l’origine du jeu lent…

La GGC (Google Golf Car) est actuellement un prototype de voiturette de golf sans chauffeur. L’Intelligence Artificielle embarquée permettra d’exploiter les nouvelles balles de golf, équipées de puces électroniques, repérables à une distance jusqu’à 200 yards.

Le véhicule pourra se  diriger seul vers les balles ainsi repérées, en optimisant le trajet, en fonction de la position des balles de chaque joueur.

Le véhicule n’aura pas de volant, ce qui permettra de ranger le matériel de golf à l’avant de celui-ci. A chaque coup joué, l’ordinateur identifiera le club sélectionné et calculera la performance du coup, par les positions GPS avant et après le coup. Un système de bonus/malus est à l’étude, pour inciter les joueurs à suivre les recommandations données par l’Intelligence Artificielle embarquée sur la voiturette, mais aussi centralisée dans les nouveaux data center de la Fédération Internationale à Firstapril Valley et Fishapril Mountain.

2 réflexions au sujet de « GOLF ET TECHNOLOGIE »

  1. Je suis très high tech. Cependant la technologie doit tester au service de l’humain et ne pas dénaturer l’activité.

    Oui quand il s’agit d’analyser ses coups ou décider quel club jouer. Non quand le plaisir de jouer peut être altéré : du style «  je n’ai pas besoin de suivre ma balle car la voiturette va la retrouver et s’y rendre à la vitesse grand V et là je tape vite et les yeux fermés (à terme la balle sera programmée pour atteindre le green quelque doit la qualité de mon swing). »

    Le jeu lent ?
    Pourquoi ne pas dédier des parcours high speed aux golfeurs pressés et boulimiques de trous et des parcours paisibles pour ceux qui ont encore l’envie d’apprécier chaque instant de la vie, à leur rythme, comme on déguste un whisky pur malt ou un cognac hors d’âge.

    Tout le monde n’aiment pas les Ferrari rouges.
    Il faut des routes pour les pilotes de Ferrari : des circuits ça s’appelle. 18 trous en 2 heures 30 cette semaine avec des drives à la De Chambeau!

    Et puis il y a ceux qui aiment flâner, profiter du paysage et qui vont emprunter les petites routes. Un swing à la Ernie Els avec une discussion amicale aves ses partenaires de jeu.
    Et un 19ème trou comme il se doit (même si depuis un an ils ont été rares).
    Cela n’empêche pas d’utiliser le Garmin et le télémètre; mais pour moi, marcher au golf c’est mieux que se caler dans une auto-mobile auto-pilotée.

    Le golf est un sport et un plaisir. Et doit le rester.

    J’espère qu’il y aura toujours des golfeurs pour défendre cette conception (en tout cas pour les 30 prochaines années, après ce ne sera plus mon problème…) ;))

    Amitiés golfiques.

  2. Formidable… ce que peut inventer un golfeur facétieux, lorsqu’il a du temps libre.
    Et en ce moment…
    Dommage que les liens en fin de texte soient si explicites.

Les commentaires sont fermés.